Peindre - About painting - Über die Malerei

Le style est la maîtrise de la jouissance. Il s’agit d'abord d’un plaisir: peindre, c'est quelque chose de manuel. Chaque tableau soulève ses propres difficultés, et on ne sait jamais d'avance comment on peut les résoudre. Ce qui compte, c'est d’être capable d’exprimer ce qu’on ressent. J'ai un savoir-faire, une technique, mais, à chaque nouvelle peinture, je ne sais comment faire... et l'aventure recommence. C'est souvent effrayant au départ, et puis il y a un moment où on surmonte la difficulté. L'acte de la peinture se caractérise par le besoin d’exprimer les choses qu'on a pas encore dites, de les raconter, pas vraiment par les images, mais plutôt par les couleurs, par le mouvement, par le rythme, par une émotion. Ce que je veux obtenir est une sorte de chaos discipliné. La nature morte me semble un bon support pour cela. Je dirais que les natures mortes sont plutôt des vies immobiles. Une fraction de seconde immobilisée.


Tout au long de l'histoire d'art, on a considéré la couleur comme quelque chose de précieux, audacieux, et toujours beau. Aujourd'hui elle est souvent ressentie comme vulgaire. Le Gris est la couleur la plus riche, peut-être est-elle moins atteinte par cette inflation du trop plein de couleur qui la rend vulgaire. C’est la couleur qui ne chante pas elle-même mais fait chanter les autres. Elle permets d’adoucir ou, au contraire, de renforcer une autre couleur. Le Gris est un ami précieux, celui qui encourage le mariage des autres.

La symbolique des couleurs et les connotations attachées à chacune d'entre elles ne sont pas les mêmes dans les différents pays. Sauf, peut-être, en ce qui concerne le Rouge.

J'ai toujours eu une préférence pour des couleurs particulières. Longtemps cela a été le Turquoise, puis le Rouge, qui en est presque le contraire... Et puis, quand j’ai commencé à utiliser la peinture acrylique, ça m’a donné une plus grande liberté en ce qui concerne le mélange des couleurs. À cela se sont rajoutés alors tous les mélanges de Gris.


J'aime une lumière neutre quand je travaille, mais j'adore aussi une lumière "fausse": les spots halogènes pendant la nuit, au moment de commencer un travail — et ensuite, le lendemain, à la lumière du jour, je découvre tout autre chose... c'est un peu comme un jeu.


Ce qui fait jaillir la peinture, c'est d’où elle vient. Elle est le résumé de tout ce qu’on a vu et entendu.Il faut assimiler l'histoire de la peinture, la tradition, il faut l'absorber. La peinture, c'est toujours la somme de toutes les expériences. Le peintre Zao Wou-Ki dit: «On est moderne en regardant le passé, en le digérant, en l'assimilant, en explorant toutes les combinaisons possibles qu’il laisse à celui qui sait regarder autrement.» MTB



Über die Malerei

Malen ist manuel, handwerkliche Freude, oft Genuss. Die Maltechnik ist nicht vorrangig, das was zählt ist die Möglichkeit eine Emotion in Farbe und Bewegung umzusetzen. Doch jedes Gemälde hat im Malprozess seine eigenen Schwierikeiten und man weiß nie im voraus, wie sie zu lösen sind. Oft gibt es so etwas wie Ratlosigkeit vor der Leinwand. Seit vielen Jahren male ich, habe Technik und Erfahrung und doch stellt mich jedes neue Bild irgendwann vor die Frage; wie es weitergeht... Und dann gibt es oft den Moment wo man die Schwierigkeit überwindet, die Richtung weiß, wo die Komposition, das "Miteinander" der Farben funktioniert, und die Arbeit zur Freude wird.
Für mich ist Malerei die Notwendigkeit Emotionen zum Ausdruck zu bringen, meine Geschichte zu erzählen, und zwar nicht durch figurative Darstellung, sondern eher durch Farbe, Bewegung, Rhytmus. Eine Art von geordnetem Chaos. Das Stilleben scheint mir ein guter Support dafür. MTB

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire